Les confins du monde - la critique du film

Le 5 décembre 2018

Dans une jungle étouffante, secouée par les charniers, à travers les volutes d’opium où les hommes se perdent, Guillaume Nicloux déploie une quête existentielle sous le patronage de saint Augustin. Et impose Gaspard Ulliel, magnétique, en fantôme hanté par l’amour et aveuglé par la vengeance.

Galerie Photos

Vos avis

  • 5 décembre, par toutpouretreheureux

    UN VOYAGE AU COEUR DES TENEBRES ENVOUTANT ET SENSORIEL
    Avis sur Les Confins du monde
    Avatar Eveil61 Critique publiée par Eveil61 le 5 décembre 2018
    ·

    Un film clivant , hypnotique et mystérieux oú durgit BUNUEL ( LA MORT EN CE JARDIN ), GODARD , CIMINO ; COPOLLA, FASSBINDER ,, LAM LE (POUSSIERE D’EMPIRE )et VALLEY OF LOVE . i Incorfortable , violent , utérin , méditatif et terriblement humain . En Indochine loin du pompier ou du carton pate de WARGNIER et du cliché de Barrage du Pacifique de Rithy Panh, une oeuvre en apesanteur , un voyage en immersion visuel et auditif , une reverie sous opium , et du charnel , du sexe brutal filmé frontalement , une poésie des corps et de l´ espace :,

    L’ intrigue est minimaliste , évidée , remplie d´ellipses , une invitation au voyage dans son intime:et à se perdre :

    Au delà de Depardieu en image tutélaire , un GASPARD ULLIEL ; aprés EVA en usurpateur d’ídentité ; revenu des morts comme le Colonel CHABERT qui doit d´abord justifier de son existence restera en éternelle survivance , rempli de vengeance est juste magique , magnétique et incarné : il a ce regard , une démarche féline et porte en lui le courage au delà de la frontière des mots et une respiration de l´ordre d´un ange ou d’un messager de Dieu à l ínstar de Terance Stamp de THEOREME de PASOLINI .

    Quant á Guillaume GOUIX ;il es terrien , rempli de secrets , un Charles VANEL jeune ,ou un Jean YANNE gouailleur , terriblement humain , avec un lourd secret inavouable , habite l’espace de manière animale , brute et loyale : Du grand art -

    Une traversée sensuelle , arborée , feuillue , pluvieuse , tropicale , groupale au masculin et des scénes á la Conrad ; á la Hemingway et à la Romain GARY adossée aux sons et ’a la musique envoutants.

    du vrai cinéma qui donne accès au monde de l’invisible et de l’ímpalpable´ :

    Une traversée des apparences avec une dimension métaphysique apportant des questions et non des réponses :

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?